Le Vercors

Le  Vercors terre sauvage et protégée, à découvrir en chien de traineau!

Le Vercors massif montagneux

situé à cheval sur les départements de l’Isère et de la Drôme (région Auvergne-Rhône-Alpes) à une centaine de kilomètres au sud-est de Lyon. Le Vercors culmine à 2 341 mètres d’altitude (Grand Veymont). Le Vercors est en partie constitué de calcaire avec un relief de falaises, de plateaux et de crêtes. Le Vercors est un massif des Pré-alpes, à cheval entre les départements de l’Isère et de la Drôme.

 

Le Vercors
Situation du Massif du Vercors

 

Le Vercors constitué de plusieurs régions distinctes

  • les Quatre Montagnes,
    • de nos jours la zone la plus développée pour le tourisme hivernale (ski de fond et ski alpin. ) C’est une région très appréciée des Grenoblois. Autrans, Méaudre, Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans sont  des stations de ski mais possèdent des fermes en activité.
  • les Coulmes,
    • région la plus boisée du massif. C’est dans cette partie que le Vercors ressemble le plus à une montagne. On y trouve des routes impressionnantes telle la route des gorges du Nan, et celle des gorges des Écouges.
  • le Vercors Drômois,
    • il est constitué de plateaux. Certains de ces plateaux sont spectaculaires (Ambel, Font d’Urle), et offrent des vues magnifiques aussi bien l’été que l’hiver. Au nord on trouve une route impressionnante taillée à même la falaise, la route de combe Laval.
  • les Hauts-Plateaux

    • ils constituent la zone la plus haute, la plus sauvage et la plus protégée du massif. Cette zone ne comporte aucun résident permanent et aucune route bitumée. C’est la réserve naturelle des Hauts plateaux.  Les seules activités économiques sont l’exploitation du bois et l’alpage l’été.
  • et, en piémont, le Royans, la Gervanne, le Diois et le Trièves.

 

Le Vercors et ses 8 régions
Les 8 régions du Vercors

 

Avant la seconde guerre mondiale Le Vercors ne désignait que le canton de La Chapelle-en-Vercors relié au Royans.
C’est pendant la seconde guerre mondiale et la création du maquis du Vercors qu’on l’a désigné la Forteresse du Vercors.

D’autre part le développement du tourisme, la création du parc naturel régional ont renforcé l’unité du massif.

Le Vercors est actuellement un site de tourisme, de sports en pleine nature où l’environnement est protégé.

L’homme a modifié le paysage du Vercors pour les besoins de l’élevage et de la sylviculture. Ainsi le Vercors est de nos jours un des principaux massifs forestiers de France.

Mais c’est aussi une réserve pour certaines espèces comme la Tulipe australe et le Tétras lyre (qui est le symboles du parc). Le vautour fauve ainsi que le bouquetin des Alpes y ont été réintroduit récemment. En raison des différences climatiques et des différences d’altitudes entre la partie nord et la partie sud la faune et la flore sont d’une importante diversité.

Le Vercors Toponymie

Le Vercors doit son nom à un peuple celte vivant dans ces montagnes au moment de l’invasion romaine : les  Vertacomicorii, nom qui signifierait les « excellentes troupes » (ou « troupes du sommet »).

Les habitants du Vercors sont aujourd’hui appelés les Vertacomicoriens.

Le Vercors et sa géographie

Le Vercors à une superficie d’environ 135 000 hectares. Il est long d’une soixantaine de km du nord au sud et large d’une quarantaine de kilomètres d’ouest en est.

Le Vercors est entouré par le massif de la Chartreuse au nord-est, le massif du Taillefer à l’est et le massif du Diois au sud.

Il est arrosé du nord-est au nord-ouest par l’Isère, à l’est par le Drac (Trièves) et au sud par la Drôme (Diois). À l’ouest, il domine la vallée du Rhône

Le Vercors les sommets du nord au sud

le Moucherotte, 1 901 mètres, le sommet qui domine Grenoble, le plus au nord du massif ;
la Grande Moucherolle, 2 284 mètres ;
la Petite Moucherolle, 2 156 mètres ;
le Grand Veymont, 2 341 mètres, le point culminant du massif ;
le mont Aiguille, 2 086 mètres, à la silhouette caractéristique ; sa première ascension en 1492, serait l’acte de naissance de l’alpinisme ;
le Dôme ou Pié Ferré, 2 041 mètres, à l’est de Die, dans la montagne de Glandasse.

Le Vercors et son Hydrographie

Le massif du Vercors est traversé par différentes rivières qui ont creusées des gorges. Son hydrographie en fait aujourd’hui un haut lieux de spéléologie et de canyoning.

  • Grands Goulets, creusés par la Vernaison et sillonnés par une route vertigineuse creusée dans la paroi ;
  • gorges de la Bourne, creusées par la Bourne ;
  • les gorges du Furon, creusées par le Furon ;
  • gorges d’Engins, creusées par le Furon ;
  • gorges du Nan, creusées par le Nan ;
  • les gorges des Écouges, creusées par la Drevenne ;
  • gorges d’Omblèze, creusées par la Gervanne ;
  • combe Laval, creusée par le Cholet.

 

Visitez le Vercors
Les paysages de Combe Laval et sa route vertigineuse

 

Le Vercors et son Climat

Le Vercors est soumis aux influences montagnardes. Il est traversé par la frontière climatique entre Alpes du Nord et Alpes du Sud définie au col de Rousset. Les régimes d’ouest à nord-ouest amènent les précipitations.

Ainsi l’hiver, la neige est présente en général, dû a l’influence de l’altitude.  Il n’est pas rare de mesurer des températures de −15 °C à Autrans. Le record de température minimale mesuré en Isère l’a d’ailleurs été à Villard-de-Lans le 7 janvier 1985 avec −28 °C.

Le Vercors et sa Population

La population est beaucoup plus dense coté Quatre Montagnes.

Le Vercors proprement dit ou Sud-Vercors, est beaucoup moins peuplé, plus rural. Par exemple Vassieux-en-Vercors possède environ 351 habitants.

La plus grande ville située à la périphérie du massif est Grenoble avec 157 000 habitants,et 675 000 avec l’agglo. C’est la préfecture de l’Isère. Valence ne compte que 64 000 habitants et 179 000 avec l’agglo. C’est la préfecture de la Drôme.

Le Vercors son Histoire

Au Paléolithique, (l’age de pierre, de – 3 millions a – 10 mille ans avant JC) les hommes préhistoriques visitent le Vercors. Ainsi l’homme de Néandertal environ -12 000 ans av JC  vient autour du plateau de Vassieux pour récolter et tailler des silex de grande qualité.

Il investit les abris naturels, grotte Colomb et grotte Passagère à Méaudre, abri Campalou et grotte de Thaïs à Saint-Nazaire-en-Royans, pas de la Charmate dans les gorges de la Bourne, grotte de la Balme Rousse à Choranche.

Il  chasse le gibier, oiseaux, marmotte, bouquetin, chamois, cerf, chevreuil, renne, et pêchent dans les torrents.

Pendant le Moyen Âge, le massif est progressivement colonisé. Au XIIe siècle, des moines s’installent dans le Vercors. Les Chartreux aux Écouges et au Val-Sainte-Marie de Bouvante, les Cisterciens à Sainte-Marie de Léoncel puis à Valcroissant. Ils contribuent  au défrichages du massif pour augmenter les cultures et l’élevage.

Le Vercors, son Essor économique

Peut-être plus encore que la plaine, le massif a connu des bouleversements économiques radicaux. D’une activité agricole et d’élevage le Vercors passe, entre les XVIIIe et XXe siècles, à une activité dominée par l’exploitation de la forêt. La marine a d’importants besoins en bois. Les scieries à eau du Vercors tournent à plein régime. Le bois prélevé alimente les verreries, les manufactures de canons, les forges et les hauts fourneaux.

A partir de la seconde moitié du XIXe siècle, l’ouverture de routes à travers les gorges permettent de faciliter l’essor économique du Vercors.

Le Vercors et la Seconde Guerre mondiale

Le massif du Vercors est célèbre pour son maquis établit lors de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux résistants y ont laissés leur vie.

Ainsi le premier maquis s’est constitué en 1942-1943 à la ferme d’Ambel, à Omblèze, après l’invasion de la zone libre. Les premières attaques allemandes ont lieu pendant l’hiver 1944. En avril, la Milice française dirigée par Raoul Dagostini mène des actions de répression à Vassieux. La situation bascule à l’été 1944. François Huet est nommé chef militaire du maquis. La République libre du Vercors est officiellement proclamée le 3 juillet 1944.

Le 13 Juin, le Vercors est bombardé une première fois, puis soumis à des mitraillages quotidiens. Malgré des parachutages les 7 juin, 25 juin et 14 juillet, le maquis reste sous-équipé.

Le 19 juillet les Allemands mènent une offensive sur le massif. Le 21 Juillet 1944 après de violents bombardements, 46 planeurs transport de troupes atterrissent dans la plaine de Vassieux en Vercors. Les civils sont abattus et les maisons incendiées. Vassieux en Vercors est définitivement réduite en cendres le 23 Juillet 1944. Ainsi 639 combattants et 201 civils seront tués.

Le 26 juillet 1944, le maquis du Vercors est anéanti.

Mais sa résistance permet de retenir plusieurs divisions allemandes au moment des opérations Overlord en Normandie et surtout Anvil Dragoon en Provence. Si bien que les troupes alliées débarquées au Sud mettent seulement six jours au lieu des 90 prévus pour rejoindre Grenoble.

À la fin de la guerre, Vassieux-en-Vercors ainsi que quatre autres communes méritantes de France sont élevées au rang de Compagnon de la Libération.

Un mémorial est bâti au centre de Vassieux, puis plus tard au col de la Chau, au-dessus du village, en l’honneur des maquisards. Il est inauguré par le Premier ministre français Édouard Balladur le 21 juillet 1994.

Le Vercors un Développement sportif récent

Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’essor des stations de sports d’hiver bat rapidement son plein. Lors des Jeux olympiques de Grenoble en 1968, trois sites du Vercors abritent des compétitions : Saint-Nizier-du-Moucherotte pour le saut à ski à 90 mètres, Autrans pour le ski de fond, le biathlon, le combiné nordique et le saut à 70 mètres, et Villard-de-Lans pour la luge.

Le Vercors Tourisme

Les principaux sites historiques à visiter sont

  • les grottes de Choranche, un  site touristique unique en Europe.
  • la grotte de la Luire,
  • la Draye Blanche à La Chapelle-en-Vercors, riche en découvertes paléontologiques,
  • l’abbaye de Léoncel et l’abbaye de Valcroissant, respectivement fondée en 1137 et en 1188, monuments historiques de la Drôme
  • l’église Saint-Barthélemy de Lans-en-Vercors dont le clocher daterait du XVIe siècle et inscrite en 1929 parmi les monuments historiques de l’Isère,
  • l’église d’Engins, la plus ancienne du massif qui remonte au XIe siècle,
  • le monastère orthodoxe de Saint-Antoine-le-Grand à Saint-Laurent-en-Royans,
  • les ruines de l’ensemble castral de Gigors-et-Lozeron,
  • les fortifications de Beaufort-sur-Gervanne,
  • le château et le musée du terroir du Royans à Rochechinard,
  • les musées de la Préhistoire et de la Résistance ainsi que son mémorial à Vassieux-en-Vercors.

 

Le Vercors l'hiver
La plaine de Vassieux en Vercors

 

Le Vercors en chien de traineau

Les chiens de traîneaux sont apparus dans le massif en 1937 et se sont développés depuis les années 1950 avec l’organisation de courses à Vassieux (Alpirush, Vercors Quest) et à Autrans—Méaudre (l’Aventure polaire). D’autre part Le Vercors est un des hauts lieux français pour la pratique du ski de randonnée nordique et du ski alpinisme qui emprunte les nombreux pas de la crête orientale du massif. Cette dernière discipline fait d’ailleurs l’objet, depuis 2004, d’une course autour du Grand Veymont, présentant plus de 1 600 mètres de dénivelé. Le snowkite est la dernière activité à s’être réellement développée dans le massif, notamment sur les grands alpages de Font d’Urle et du col des Limouches.

Au total, le Vercors propose 850 à 1 000 kilomètres de pistes de ski de fond, 90 à 130 pistes de ski alpin, environ 80 remontées mécaniques et 10 écoles de ski et 5 écoles de chien de traineau.

Le massif se prête aussi très bien à la randonnée pédestre et aux sports en pleine nature. Le Tour du Vercors propose aux marcheurs 350 kilomètres de sentiers, à parcourir à la journée ou sur plusieurs jours.

Le Vercors Protection environnementale

Le parc naturel régional du Vercors est créé le 16 octobre 1970, il sert quelque temps de camp militaire et de terrain d’artillerie. Depuis 2009, il couvre au total 206 208 hectares dont 139 000 hectares de forêts. Il englobe 48 communes en Isère et 38 dans la Drôme. La population totale est de 46 000 habitants. Le territoire concerné par le massif du Vercors représente 186 500 hectares. Cependant 11 communes de l’Isère totalisant 9 000 habitants sont couvertes par le parc naturel régional sans faire partie du massif du Vercors.

Le parc est un Syndicat mixte qui a pour objet la contribution aux actions de protection et de développement de son territoire. Il siège à Lans-en-Vercors. Un Comité syndical l’administre. Ce Comité syndical, composé de délégués élus, vote le budget. Le Comité syndical élit son président. Enfin un directeur assure l’administration générale du parc.

Ainsi les trois objectifs qui ont conduit à la création du parc naturel régional du Vercors sont:

  • la protection et la valorisation des richesses,
  • le maintien de l’activité économique,
  • le développement d’une harmonie entre les hommes et le milieu,

De plus depuis 1996 les objectifs suivants sont réalisés:

  • l’accueil et l’information du public
  • l’expérimentation et la recherche.

Ainsi parmi les principales réalisations du parc figurent la réintroduction du bouquetin des Alpes et du vautour fauve, le classement en site Natura 2000, le balisage des sentiers de randonnée ou encore le réaménagement des musées de la Préhistoire et de la Résistance de Vassieux.

D’autre part le parc naturel régional du Vercors consacre le poste principal de son budget au soutien à l’agriculture.

Le Vercors La Réserve Naturelle

Créée le 27 février 1985, La réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors, également à cheval entre les deux départements, représente une surface de 16 600 hectares dont 6 000 hectares de forêts. Ainsi c’est la plus vaste réserve naturelle terrestre de France.  Cependant la réglementation y interdit:

  • toute atteinte à la flore, à la faune et aux richesses minérales,
  • tous travaux, toute circulation motorisée,
  • toute publicité, toute activité industrielle ou commerciale,
  • toute introduction de chiens (sauf chiens de berger autorisés),
  • tout feu et campement.

Des sentiers de grande randonnée sont aménagés, jalonnés par de simples abris, et permettent à 70 000 visiteurs par an de découvrir les Hauts-Plateaux du Vercors.

 

Les hauts plateaux du Vercors
Au loin le Grand Veymont….

 

Le Vercors et l’Agriculture

Au total, 500 exploitations constituent l’activité agricole du Vercors. Ainsi composées de 85% de prairies elles occupent une surface de 40 000 hectares. Elles exploitent jusqu’à 1 300 mètres d’altitude.

Ainsi la production se répartit pour 36 % dans la production laitière, pour 23 % dans la production de viande. D’autre part les noix et le vin représentent 14 % du chiffre d’affaires pour une surface agricole de seulement 3 %.

De plus, on estime qu’entre juin et octobre 16 000 ovins et 300 bovins sont en transhumance. Ils viennent pour la plupart de la haute Provence toute proche (moins d’une semaine à pied). Jadis élevées pour leur laine, elles fournissent désormais presque exclusivement de la viande.

D’autre part la moitié des exploitations ont la certification d’un ou plusieurs produits AOC. Ainsi un quart de ces exploitations font de la vente directe et 10 % et sont engagées dans l’agriculture biologique.

Le Vercors produit entre autre:

  • La villarde, race bovine polyvalente. Sa robustesse en fait un animal adapté à la montagne. C’est une bonne laitière. On l’apprécie aussi pour sa viande.
  • l’élevage ovin  principalement dans le Diois, le Vercors drômois et le Royans où cette viande est très prisée. L’agnelage a lieu vers l’automne. L’abattage se fait pour les fêtes de fin d’année et à Pâques. L’agneau des Préalpes est une appellation d’origine contrôlée.
  • La poule grise du Vercors, apparue au début du XXe siècle, en provenance d’Italie. C’est une poule rustique et bonne pondeuse dont on apprécie la chair.

D’autre part la sylviculture semble être une filière d’avenir, depuis la diversification des sources d’énergie. Elle cohabite assez bien avec les contraintes de protection environnementale. Elle génère déjà 200 emplois directs. Ainsi elle exploite 140 000 m3 de bois dans le parc, on estime la production à venir au moins au double.

Le Vercors sa Gastronomie

Lors de votre découverte du Vercors n’hésitez pas à gouter ces mets:

  • Le bleu du Vercors-Sassenage, fromage au lait cru à pâte persillée. Il bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 1998.
  • Le petit léoncel est également un fromage au lait de vache produit dans le village du même nom.
  • Le picodon, fromage de chèvre, sans être typique du massif, est toutefois produit jusque dans le Diois, la Gervanne et le Royans.
  • Le saint-marcellin, fromage au lait de vache à pâte molle originaire de la ville du même nom, a une aire de production reconnue par une indication géographique protégée (IGP) qui s’étend aux Quatre Montagnes, au Vercors drômois et au Royans.
  • L’autranaise, le ripioupiou, le carré du Vercors ou du Trièves complètent les productions fromagères.

Cependant ne quittez surtout pas le Vercors sans avoir dégusté les fameuses ravioles,  une spécialité de Romans et du Royans connue depuis le Moyen Âge. Les ravioles sont probablement issue des bûcherons piémontais immigrés. Le Royans est également un des berceaux de la noix de Grenoble, AOC depuis 1938.

 

La gastronomie dans Le Vercors
Les Ravioles

 

Par ailleurs, dans les environs proches, on peut apprécier le gratin dauphinois, spécialité régionale à base de pomme de terre en gratin.

La clairette de Die, vin mousseux AOC depuis 1942, est à consommer mais avec modération.

 

 

Venez vous mettre au vert ou au blanc dans le Vercors

Nous vous conseillerons et dirigerons
pour organiser au mieux votre séjour dans le Vercors !!

Le Vercors en traineau

réservez votre séjour chien de traineau